mardi 29 septembre 2009

Un extrait de Popo et Trompette

Projet pour des 3-6ans, Popo et Trompette cherche son éditeur.

Résumé :
Popo l’hippopotame et Trompette l’éléphant s’ennuient dans la savane africaine. Leur rencontre avec Teki le toucan et un drôle de petit lutin va redonner des couleurs à leurs vies et à leurs nuits !
3800 signes

Un extrait (non libre de droits)
"Loin dans la savane africaine, un gros animal gris marche. Il avance lentement. Très lentement. C’est Popo l’hippopotame. Il part retrouver Trompette l’éléphant. Tous les jours, les deux amis se donnent rendez-vous au bord de la rivière jaune.
Le soir, ils ont pris l’habitude de se raconter leur journée. Leur dure journée sous le soleil d’Afrique…

Le soleil n’est pas encore couché. Il fait encore une chaleur étouffante. Alors, Popo s’installe à l’ombre en attendant son ami l’éléphant. Il s’assoit lourdement sous un arbre immense. C’est un baobab, très haut, très gros et sûrement très vieux.

Trompette l’éléphant arrive à son tour. Il est très lourd lui aussi. C’est pour ça qu’il marche très lentement comme l’hippopotame. Le voilà enfin arrivé ! Il s’installe près de son ami Popo , à l’ombre du grand baobab.
- Bonsoir Popo ! Comment vas-tu ?
- Bonsoir, Trompette ! Oh tu sais, ça ne va pas très bien. Il fait chaud, vraiment chaud et je ne fais pas grand chose de mes journées. Et toi ?
- Moi aussi, je me trouve trop lourd et inutile. Je m’ennuie beaucoup, soupire l’éléphant.
- Mais qu’est-ce que j’entends ? crie tout à coup une voix au –dessus de leur tête.

Les deux patapoufs sursautent. Ils sont très surpris d’entendre le gros baobab parler.
- Un baobab qui parle ? dit Trompette en levant la tête.
- Ce n’est pas possible ! répond Popo.
Les feuilles de l’arbre bougent et un drôle d’oiseau coloré tout noir avec un grand bec orange apparaît.
-Mais non, les baobabs ne parlent pas. C’est moi Teki le toucan du Brésil.
- Que fais-tu là ? Tu nous espionnes ? demande Popo l’hippopotame.
- Pas du tout, j’habite dans cet arbre et c’est vous qui êtes venus vous asseoir dessous. Je ne vous espionnais pas mais je vous ai entendus.
- Oui, tous les soirs, nous venons ici nous raconter notre journée. Et ce moment, nous nous ennuyons beaucoup tous les deux.
- Vous êtes tout gris et vos vies aussi sont toutes grises.../...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire